Visuel du bouquet de services académiques

Arts plastiques

Vous êtes ici : Accueil > Archives > LES EXPOSITIONS. >

"Jonction" et "Anapsides" deux expositions proposées par Diaphane.

Jonction : du 16 janvier au 28 février 2016 à l’ Espace Séraphine Louis, Clermont-de-l’Oise.
Anapsides : du 15 janvier au 11 mars : Maison DIAPHANE, 16, rue de Paris, 60 600 Clermont-de-l’Oise.

JONCTION

A l’heure de la fusion des régions Picardie et Nord-Pas de Calais, il semblait intéressant de puiser dans la collection du Centre Régional de la Photographie Nord-Pas de Calais, à Douchy les Mines pour proposer un voyage en images, une traversée de la nouvelle région.

Jonction , c’est le lien qui se crée entre nos territoires et qui se tisse également entre deux structures photographiques : Diaphane, pôle photographique en Picardie soutient la création et la diffusion de la photographie par des actions qui s’inscrivent sur le territoire, à l’échelle de la ville, du département et de la région Picardie. Le CRP (Centre Régional de la Photographie Nord-Pas de Calais), créé en 1982, est un centre d’art contemporain spécialisé en photographie. Grâce à son soutien actif à la création contemporaine, il interroge, au travers de sa programmation artistique et culturelle, la place de l’image dans la société et son rapport avec l’histoire.

Jonction c’est aussi le croisement d’approches artistiques qui décrivent un territoire.

La Mission Transmanche, initiée dans les années 80 par le CRP donnera lieu à un grand nombre de commandes aux plus grands photographes de l’époque. Pour cette exposition, notre choix s’est porté sur les voies de communication qui traversent et relient nos régions. John Davies et Michel Kempf nous transportent dans les paysages autoroutiers entre Reims et Calais, Bernard Plossu les traverse, voyageur de la ligne Paris- Londres et Michel Vanden Eeckhoudt s’attache aux habitants du Nord dans leur quotidien.
En contrepoint de cette mission Transmanche sont présentés des travaux d’artistes contemporains – Edith Roux, Quentin Derouet, Valentine Solignac, Francisco Supervielle – qui, 30 ans plus tard proposent une perception coloriste et une autre appréhension de ces espaces.

Dossier de presse : Jonction format PDF - 2.3 Mo

ANAPSIDES Photographies de Coline Nageli.

« anapside /a.nap.sid/
1. (Zoologie) Relatif à des reptiles dépourvus de fentes temporales au niveau du crâne.
Anapsides est un projet à caractère typologique démarré en 2013, où j’ai photographié le plastron des espèces de tortues les plus communément élevées en France pour la vente.
A travers cette série, j’ai voulu proposer une réinterprétation plastique de ce que j’ai pu saisir du regard porté sur cette espèce animale dans certaines pratiques d’élevage. En effet, les seuls critères de valeur de cette espèce étant la forme et le motif, l’animal se voit transposé de ce fait dans un rôle d’objet d’art ou de collection.
De plus avant d’être estimés et vendus, ces animaux évoluent dans des espaces clos et artificiels, calibrés pour leurs besoins. C’est donc ce contexte de vie qui m’a incitée à les photographier en studio, en ayant recours à une esthétique typologique, qui s’avère être un protocole de représentation très calibré, répété, amenant souvent à une classification.
J’ai choisi de ne photographier que le plastron, car je souhaitais porter au regard une partie d’un corps qu’on ne voit pas directement ni naturellement, mais qui offre diverses possibilités de lectures dans le caractère abstrait et polymorphique qu’elle revêt. Là où le spécialiste pourra y lire tout de suite énormément d’informations, telles que l’âge, l’origine géographique, ou encore les conditions de vie, quelqu’un d’autre qui n’y aura jamais été confronté pourra faire d’autres analogies par la forme, avec par exemple des objets ethniques, comme des masques ou des objets manufacturés.

Créer ces analogies m’intéresse particulièrement, étant donné que je tente à travers mes images de transposer ces tortues dans un rôle où, à l’instar des objets ethniques, elles se trouvent être des pièces d’art et de collection, identifiables par leurs caractéristiques formelles.
Ce travail qu’on pourrait associer au premier abord à l’univers des cabinets de curiosité, est en fait d’avantage influencé par des travaux tels que ceux de Karl Blossfeldt, ou plus récemment la série « antipersonnel » de Raphaël Dallaporta, ainsi que les différents travaux de Patrick Tosani. En effet, ces artistes dans leurs différents travaux ont en commun une volonté d’extraire un objet ou un élément de son contexte afin de le transfigurer, voir de le magnifier. » Coline Nageli.

Dossier pédagogique format PDF - 295.6 ko

DIAPHANE : 09 83 56 34 41
Réservations : emilie diaphane.org

Mise à jour : 29 janvier 2016