Visuel du bouquet de services académiques

Arts plastiques

Socle commun et pédagogie : Ne confondons pas le tableau de bord et le moteur !

Une "pédagogie du Chef d’Oeuvre" au service du socle

par Philippe Meirieu

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/11/21112014Article635521514572408974.aspx

La consultation sur « le socle commun de connaissances, de compétences et de culture » est maintenant terminée et nous en attendons les résultats. Nul ne doute qu’ils seront eux-mêmes l’objet de débats et que les textes vont évoluer dans les prochaines semaines et les prochains mois. Il sera particulièrement intéressant d’observer ces évolutions et, également, la manière dont les programmes vont s’articuler avec le socle censé en être la matrice. Au-delà de la question, un peu formelle à vrai dire, du curriculum, c’est la cohérence pédagogique, institutionnelle et politique de notre projet éducatif qui est en jeu. Parviendrons-nous à proposer à nos élèves, une scolarité obligatoire qui permette à toutes et tous d’accéder à « ce qu’il n’est pas permis d’ignorer », selon la formule d’Octave Gréard, et d’accéder ainsi aux « fondamentaux de la citoyenneté » ? L’enjeu est considérable. Mais, pour en comprendre toute l’importance, il faut, sans doute, revenir un peu en arrière afin de bien identifier les raisons de l’émergence de l’idée de « socle » et de savoir ce que nous pouvons attendre, aujourd’hui, de sa définition… Car, assez bizarrement, les débats – essentiels - sur les formulations et le contenu du socle ont un peu éclipsé la réflexion – absolument nécessaire à mes yeux - sur son usage.

(...)
EXTRAIT du texte :

Des « fondamentaux » au « fondamental » : vers une « pédagogie des chefs d’œuvre »

C’est pourquoi je propose qu’à côté du socle qui constitue le référentiel final de la scolarité obligatoire, l’on promeuve délibérément une « pédagogie du chef d’œuvre » (8). Chefs d’œuvres hérités de notre histoire et dont la rencontre permet d’accéder à la jouissance fondatrice du partage de « l’humaine condition ». Chefs d’œuvres réalisés par les élèves eux-mêmes qui, loin de toute répétition d’exercices stéréotypés, permettent de rencontrer des obstacles cognitifs, intellectuels et techniques que l’on apprend à surmonter pour progresser, et à dépasser pour se dépasser… Chef d’œuvres artistiques et scientifiques qui permettent d’entrer dans l’aventure des savoirs et d’être associé au projet qui a permis leur émergence. Chefs d’œuvres documentaires ou technologiques, dossiers ou maquettes, réalisations de toutes sortes, qui permettent de mobiliser connaissances et compétences pour devenir soi-même « faiseur de culture ». Chefs d’œuvres qui donnent à comprendre le monde pour se comprendre dans le monde, chefs d’œuvres qui permettent à un sujet de construire des objets où il met le meilleur de lui-même pour, selon la belle formule de Pestalozzi, « se faire œuvre de lui-même ».

Mise à jour : 18 juillet 2016