Visuel du bouquet de services académiques

Arts plastiques

Vous êtes ici : Accueil > Archives > Autres > CINEMA AUDIOVISUEL >

Cinéma-audiovisuel, cycle terminal

Intervention de Laurent JULLIER, Directeur de recherches à l’Institut de Recherches sur le Cinéma et l’Audiovisuel (IRCAV) de l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle1

ENSEIGNER LE CINÉMA AU LYCÉE : PLAIDOYER POUR L’INTERDISCIPLINARITÉ

Enseigner le cinéma au lycée est une tâche que l’absence d’agrégation et de CAPES de cinéma rend quelque peu particulière. Cette absence a été voulue par Roger Odin (actuellement professeur émérite à Paris III et fondateur de l’approche sémio-pragmatique du cinéma), au motif que le cinéma n’est pas une discipline, mais un objet sur lequel des disciplines se penchent. Sur le papier, cet argument est imparable, et dans l’esprit de Roger Odin – qui a été mon directeur de thèse et qui a exercé une influence primordiale sur moi – il devait ouvrir la porte à la pluridisciplinarité (juxtaposition d’outils différents pour traiter d’aspects différents du cinéma) et à l’interdisciplinarité (éventail d’outils utilisés conjointement pour décrire une caractéristique du cinéma). Mais on peut presque dire que l’idée, en pratique, s’est retournée contre lui. Les professeurs de cinéma au lycée sont en majorité des autodidactes, rarement exposés à un éventail de disciplines aussi large que celui qui règne dans les grands départements de cinéma des universités. Ce sont avant tout des cinéphiles, dont les outils heuristiques viennent de la « cinéphilie orthodoxe et institutionnelle »2.

Pour lire la suite voir le fichier joint

Mise à jour : 27 novembre 2013