Arts plastiques

Vous êtes ici : Accueil > Archives >

BACCALAUREAT 2014-2015

Mise à jour : 2 août 2014

Œuvres et thèmes de référence pour les épreuves de l’enseignement artistique pour l’année scolaire 2014-2015 et la session 2015 du baccalauréat
Paru au Bulletin Officiel n°8 du 20 février 2014, la liste des œuvres et des thèmes inscrits au programme de terminale (enseignements de spécialité en série littéraire, options facultatives toutes séries) pour l’année scolaire 2014-2015 et pour la session 2015.
http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=77026

Arts plastiques - Enseignement de spécialité, série L

Gustave Courbet (1819-1877)

Né en 1819 à Ornans dans le Doubs, Gustave Courbet est un artiste français dont l’œuvre offre un exemple hors XXe siècle approprié à la compréhension du programme de terminale L.
Formé dans la mouvance préromantique, Gustave Courbet est adepte du Louvre où il étudie les maîtres, notamment ceux de l’école espagnole du XVIIe siècle comme Vélasquez, Ribera et Zurbaran. C’est à cette source qu’il puise. Pourtant, peintre insoumis et frondeur, Courbet est au cœur de l’effervescence artistique et politique. Sous l’impulsion de Jules Champfleury, il jette les bases de son propre style : le réalisme, saisi sous l’angle des idées politiques de l’époque.
Si Gustave Courbet n’a pas changé la peinture elle-même, il a radicalement fait évoluer le sujet et surtout la manière de peindre. Rares sont les artistes qui ont davantage que Courbet construit leur carrière en ayant recours à la stratégie du scandale. Au XIXe siècle, la peinture de Courbet se trouve au cœur d’une entrée dans l’âge démocratique de l’art. Aujourd’hui, l’œuvre de cet artiste permet de réévaluer les enjeux liés à la question de la modernité en art.

Marcel Duchamp (1887-1968)

Peintre, plasticien et homme de lettres, Marcel Duchamp transgresse très vite les coutumes et conceptions académiques, bouleverse l’art du XXe siècle et ouvre la voie aux démarches artistiques les plus audacieuses. Par son invention du ready-made, il confirme sa théorie de l’art comme art mental et s’inscrit dans la lignée des artistes dont le goût pour les questions d’esthétiques aboutit, dès 1970, à l’art conceptuel. Il est ainsi l’initiateur de nombreux courants artistiques de la seconde moitié du XXe siècle. Son influence est déterminante et son œuvre nécessaire à la compréhension de l’art dans notre société contemporaine.

Tadashi Kawamata (1953)

L’œuvre de cet artiste japonais contemporain présente, entre autres particularités, celle d’être un exemple instructif d’une démarche artistique témoignant de l’intérêt qui peut être porté aux contextes sociaux ainsi qu’aux relations humaines qui les définissent. C’est à partir d’une découverte sensible et intellectuelle de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage que Tadashi Kawamata détermine progressivement la nature de ses projets artistiques. Ceux-ci se matérialisent grâce à des constructions éphémères faites de matériaux « recyclés » qu’il installe généralement dans des paysages naturels ou des espaces urbains.
L’intérêt majeur de cette œuvre singulière repose principalement sur son processus de création dans lequel le recours au changement, l’improvisation ainsi que l’utilisation de matériaux non traditionnels sont constants.

Arts plastiques - Option facultative toutes séries

Paolo Caliari, dit Véronèse, fresques de la villa Barbaro à Maser (1560-1561)

Au-delà d’un dialogue entre la peinture et l’architecture, les fresques de la villa Barbaro témoignent de l’ambition de Véronèse d’instaurer une relation entre l’observateur et l’œuvre. Les séquences architecturales (vestibules, escaliers, galeries, passages en enfilade, espaces de réception et de vie, etc.) et le programme iconographique (thèmes mythologiques et religieux riches d’évocations narratives et bucoliques) organisent un vaste espace scénique. Le spectateur est stimulé pour être un observateur, mais il est aussi observé par les protagonistes des représentations. Insertion de l’image dans l’architecture, jeux sur les points de vue et les proportions, surgissements de personnages et ouvertures sur des espaces fictifs, déplacements, expérience temporelle des dispositifs narratifs, sont autant de modalités qui visent à englober le spectateur dans l’œuvre.

Joan Fontcuberta, série « Fauna » (« Faune »)

Photographe contemporain catalan mais aussi diplômé en sciences de l’information, Joan Fontcuberta fait œuvre d’analyste exigeant de la transmission de l’information et questionne pour cela toutes les formes de prétendues vérités. Sa démarche est simulatrice et s’appuie sur les possibilités offertes par l’image photographique et ses capacités de manipulation. La série « Faune », créée entre 1985 et 1989, est un mélange de photographies, textes, cartographies, schémas, vitrines et vidéos dont l’installation simule avec force détails les découvertes faites par un soi-disant professeur Ameisenhaufen, zoologiste de son état. Par l’insolite et le vraisemblable, Joan Fontcuberta gagne la confiance du spectateur...

Claes Oldenburg et Coosje Van Bruggen, La Bicyclette ensevelie, parc de la Villette, Paris, 1990

En prenant ainsi pour modèles des objets de la grande consommation, ces deux artistes inscrivent cette œuvre parmi celles qui caractérisent pleinement le Pop Art. Au delà de la monumentalité de l’échelle de représentation proposée, cette sculpture a pour particularité de ne pas présenter la vision globale de l’objet, mais de fractionner celle-ci en un jeu de cache-cache qui contraint le spectateur à une reconstruction mentale de l’image. Cette œuvre permet donc d’enrichir la question de la représentation de la banalité dans un dispositif de présentation singulier.

Visuel de la saisine de l'administration par voie éléctronique
Visuel du bouquet de services académiques

Contacts et services